Notre histoire

Isabelle, Patricia et Janine Stanlowa

Le Concours international de danse « Le Chausson d’Or » a été créé en 1987 par Janine Stanlowa en collaboration avec ses filles Isabelle et Patricia.

Enthousiasmé par la passion de ces trois femmes, Nicolas Sarkozy, maire de Neuilly-sur-Seine, leur ouvre les portes de son théâtre. Ce premier défi relevé, le concours trouve son rythme et devient un évènement annuel incontournable dans le monde de la danse classique.
Grâce à sa direction artistique rigoureuse et au sérieux de son organisation, il est aujourd’hui mondialement reconnu.
Le concours a célébré sa trentième édition en 2017.

N’ayant de cesse de promouvoir ces jeunes talents et de s’adapter à l’évolution de la danse, Isabelle et Patricia Stanlowa décident d'offrir une nouvelle dimension au concours. La 31ème édition s’installera durant 3 jours dans l’un des plus prestigieux théâtres parisiens : La Salle Pleyel.

Isabelle, Patricia et Janine Stanlowa

JANINE STANLOWA – Fondatrice du concours

Janine Stanlowa naît à Paris de parents d’origine slave et grandit avec ses quatre sœurs, dans une famille heureuse.
Elle suit les cours de l’École Supérieure d’Études Chorégraphiques où elle obtient son diplôme de professeur de danse classique avec le Prix d’Excellence.
Janine crée sa première école de danse en 1974 à Neuilly-Sur-Seine et édite ses premiers livres dédiés aux enfants « Patricia au royaume de la danse » et « Isabelle et la danse ».
En 1984, l’école de danse s’agrandit, s’installe Salle Pleyel à Paris et devient : « l’Institut International de Danse Janine Stanlowa ». Accompagnée de ses deux filles, Isabelle et Patricia, Janine s’entoure d’une équipe de professeurs et de pianistes de haut niveau. La même année, elle ouvre une boutique à Paris et conçoit une ligne de tutus et d’accessoires.
En 1986, elle innove à nouveau en créant l’École du Ballet, un cursus sport-étude destiné à la formation de danseurs professionnels. Le Jeune Ballet de Paris voit le jour quelques années plus tard afin de préparer ces jeunes danseurs à la scène.
Toujours enthousiaste, elle crée en 1987 le concours international de danse classique le Chausson d’Or, considéré aujourd’hui comme un des concours les plus réputés dans le milieu de la danse classique.
Lors de la création du diplôme d’état de professeur de danse en 1992 par le Ministère de la Culture, elle ouvre son école à l’obtention du diplôme d’état de professeur de danse. Habilitée par le Ministère de la Culture, l’école du professorat a, à ce jour, formée de nombreux professeurs, directeurs d’écoles et de conservatoires.
En 1993, la Ville de Neuilly-sur-Seine lui demande de mettre en place, dans plusieurs écoles publiques, des classes pédagogiques de danse classique.
Pour honorer sa créativité et son travail de grande pédagogue auprès des enfants, le Ministère de la Culture, représenté par Philippe Douste-Blazy, l’a portée au rang de « Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres » le 30 mai 1996.

Avec le tournant du millénaire, elle crée avec son mari, ardent défenseur de la danse classique, le magazine « Danse Light ». Passionnée par la danse, Janine Stanlowa, a œuvré toute sa vie pour cet art. Jusqu’à sa disparition en 2004, elle n’a cessé d’enseigner, de créer, d’écrire et de vivre de son art avec une énergie extraordinaire.

Parmi les nombreux hommages rendus, le monde de la danse, représenté par Brigitte Lefèvre (alors Directrice de l’Opéra National de Paris) a souhaité saluer l’œuvre d’une grande dame.
Janine Stanlowa, personnalité incontournable de la danse classique, a été extrêmement créatrice : une école de danse, une boutique d’accessoires de danse, un cursus danse-étude, un concours de danse, des classes pédagogiques et un magazine sont les fruits de ses années de passion. Elle a transmis sa force créative à ses deux filles qui, aujourd’hui, poursuivent son œuvre.

PATRICIA STANLOWA – Directrice artistique et exécutive

Patricia a commencé la danse à l’âge de 6 ans et après un stage à l’école de Danse de l’Opéra National de Paris, elle rejoint le Cursus Sport et Études de l’école de sa mère Janine Stanlowa. Soliste dans la Compagnie Ballet d’Enfants dès sa création, elle débute une carrière de danseuse classique tout en obtenant un diplôme d’état de professeur de danse.
Très rapidement, elle arrête sa carrière de ballerine professionnelle pour se consacrer à sa réelle vocation : la pédagogie. C’est une véritable passion qu’elle partage avec sa mère. Elle s’investit alors totalement dans la vie de l’école et le développement des projets pédagogiques et artistiques portés par Janine Stanlowa. Elles gèrent ensemble l’Institut Stanlowa et créent, dans les studios du 3ème étage de la Salle Pleyel, une véritable pépinière de talents. Les succès professionnels des élèves de l’institut tout au long de ces années sont la grande fierté de Patricia qui œuvre avec discrétion, à la qualité d’un enseignement exigeant dans une ambiance chaleureuse et bienveillante. Pour elle, chaque élève est important et elle les connaît tous. On a la fidélité chevillée au corps chez les Stanlowa ! Le goût du beau aussi...

En 2005, l’école s’agrandit et s’installe au 129 Bd Haussmann toujours dans le 8ème arrondissement de Paris. Dans ce très bel espace sur plusieurs niveaux, Patricia, avec passion et détermination, dirige et fait respecter les règles de la danse classique entourée d’une équipe de professeurs renommés venant de l’Opéra National de Paris et de grandes compagnies internationales. Pour elle, la danse dans toutes ses formes se doit d’être enseignée avec la même qualité que l’on soit amateur ou professionnel.
Directrice Exécutive du concours Le Chausson d’Or, elle lui apporte une grande expertise née de trente années au service de la danse classique. Son sens de l’organisation et son pragmatisme artistique permettent aujourd’hui d’insuffler une nouvelle ambition à cet événement incontournable du monde de la Danse.

ISABELLE STANLOWA – Directrice artistique et exécutive

Isabelle débute la danse à l’âge de 4 ans dans le cours de Janine Stanlowa, qui l’initie au ballet classique et à une culture plurielle. Très tôt, elle peint, dessine, coud, crée, se passionne pour la danse dans toutes ses expressions. Elle accompagne sa mère dans les cours de danse qu’elle enseigne, en observe attentivement les rites et s’imprègne de tous les vocabulaires de cet art du mouvement. Elle passe ses journées à danser et ses soirées à imaginer des ballets. Sa mémoire visuelle, sa sensibilité musicale et sa personnalité lui permettent de nourrir un univers esthétique très personnel. C’est lors du désistement d’un chorégraphe qu’Isabelle se lève et dit : « Je peux le remplacer ». Elle signe alors sa première chorégraphie. Elle a 18 ans.

Son professorat en poche, elle affirme ses passions (chorégraphie, mise en scène, mise en lumière) et les transmet aux danseurs du Jeune Ballet de Paris qu’elle dirige aujourd’hui. Elle y crée un répertoire riche de plus d’une vingtaine de ballets. Des grandes créations classiques en passant par des œuvres plus intimes, elle explore les mises en beauté du corps comme un sculpteur du geste, mettant en valeur les particularités de ses artistes et façonnant des œuvres uniques, cohérentes et respectueuses.

Depuis 30 ans, Isabelle partage sa passion avec les jeunes danseurs de l’Ecole du ballet et du Jeune Ballet de Paris. Elle les forme à leur future carrière professionnelle physiquement et émotionnellement.

Elle collabore avec des compagnies internationales telles La Scala de Milan, le New-York City, le Ballet National de l’Opéra de Paris...

Entre ses activités de professeur et ses engagements de création, elle travaille activement sur le développement des nouvelles orientations du « Concours International de Paris ». A travers ce concours, elle aime à offrir à ces jeunes talents du monde entier l’opportunité d’avoir accès à de nouvelles formations permettant de révéler leur potentiel. Elle décide avec sa sœur de donner une nouvelle impulsion à ce concours.